mahi le 20 août 2006

Toubkal Je profite d’un séjour touristique au Maroc pour effectuer une reconnaissance du massif du Toubkal afin de préparer un raid de 3-4 jours en ski de randonnée pour l’hiver prochain. Je suis parti la veille de Casablanca vers 5H30 pour me rendre en voiture à Imlil  (1740 m) ville située à 70 km au sud de Marrakech. Imlil est un petit village berbère du haut Atlas qui voit passer beaucoup de touristes car le refuge du Toubkal situé 1500 mètres plus haut délivre chaque année pas moins de 10000 nuitées.

Parti à pied à 12H30 de Imlil, j’ai mis 5H30 pour monter ces 1500 mètres de dénivelé. Il y a beaucoup de longueur et je n’en voyais pas la fin. Quel plaisir de voir enfin ce refuge (3207m) où j’ai été accueilli chaleureusement par Mohamed fidèle gardien depuis 1968.

Ce refuge est très confortable et on peut y déguster de délicieux tagines aux poulets ainsi qu’un petit déjeuner très copieux (omelette, café, thé, lait, confiture, miel, beurre, pain grillé…) Toutefois il faut y aller avec un duvet car il ne dispose pas de couverture. C’est le seul point négatif.

J’ai dîné en compagnie de membres très sympathiques du CAF d’Albertville et de Casablanca et avec qui j’ai effectué l’ascension du Toubkal (4167 m) avec deux d’entre eux.

Le lendemain départ à 5H30. Depuis le refuge on doit remonter un pierrier pour atteindre un verrou, point de départ du vallon qui mène directement au col du Toubkal (3900 m). De ce col on tire à gauche pour monter la crête jusqu’au sommet qui est  surmonté par une pyramide métallique. Du sommet vue magnifique sur le Haut-Atlas.

Le jour même j’ai du redescendre 2500 m de dénivelé jusqu’à Imlil et à partir du refuge j’ai utilisé les services d’un muletier pour porter mon sac à dos qui n’était pas bien lourd. Je suis monté sur la mule quelques temps sur le plat mais en descente ce n’est pas évident car il faut s’aggriper à la selle et ce n’est pas de tout repos. J’ai finalement descendu en grande partie ce dénivelé à pied sans sac à dos en discutant avec le muletier berbère.

Il s’agit ici de trekking plutôt que d’alpinisme compte tenu d’une part de l’altitude du sommet et d’autre part de la grande facilité du niveau de cette course que n’importe qui peut réaliser.

Il y a sur ce massif de beaux vallons  et couloirs qui se prêtent parfaitement bien à la pratique du ski de randonnée. A suivre…

Lire la suite...Djebel Toubkal